Skip to main content

Tout savoir sur la responsabilité de l’agent immobilier en cas de faute professionnelle

L’acquisition ou la cession d’un bien immobilier représente un jalon important dans la vie, impliquant souvent de lourds engagements financiers. Les agents immobiliers, en tant qu’intermédiaires et conseillers essentiels pour les parties acheteuses et vendeuses, sont pivot dans cette démarche.

Néanmoins, des erreurs ou des actions inappropriées peuvent survenir au sein de cette profession, posant ainsi la question de la responsabilité de ces agents. En tant que  mandataire immobilier, apprenez-en plus sur les standards éthiques et légaux que doivent respecter les agents immobiliers et comment détecter les signes de faute professionnelle dans ce domaine crucial de l’immobilier.

Pourquoi la responsabilité de l’agent immobilier peut être recherchée ?

responsabilité de l'agent immobilier

Le code de déontologie de l’agent immobilier a été crée en 2015 pour définir les responsabilités des agents immobiliers entre pairs et vis à vis de ses clients.

Pour que la responsabilité de l’agent immobilier soit engagée, trois éléments doivent être réunis : une faute contractuelle, un dommage et un lien de causalité entre les deux.

En cas de non-respect de ses obligations, l’agent immobilier peut voir sa responsabilité, qu’elle soit contractuelle ou délictuelle, mise en cause. Il revient alors à la partie lésée d’évaluer son préjudice et de solliciter, si nécessaire, une indemnisation devant les tribunaux avec l’assistance d’un avocat spécialisé en droit immobilier.

Le préjudice doit être réel et peut prendre plusieurs formes, comme un manque à gagner ou un dommage matériel.

Notez que les actions en responsabilité contractuelle sont limitées dans le temps, avec un délai de prescription de cinq ans à partir du moment où le plaignant a pris connaissance ou aurait dû prendre connaissance des faits lui permettant d’agir. Passé ce délai, il n’est plus possible d’intenter une action basée sur l’inexécution du contrat.

Par ailleurs, l’agent immobilier a plusieurs obligations essentielles dans l’exécution de son mandat, telles que la recherche d’acheteurs ou de locataires, la mise en relation des parties, et l’information sur les conditions et modalités du contrat. Tout manquement à ces obligations peut entraîner sa responsabilité vis-à-vis de son mandant.

De plus, il doit informer et conseiller ses clients sur les aspects juridiques, administratifs et financiers liés à l’opération immobilière. Cela inclut l’obligation d’informer l’acquéreur sur les vices apparents du bien, la présentation des diagnostics obligatoires, et la vérification des informations fournies par les parties, comme le titre de propriété ou l’existence de servitudes.

Définition de la responsabilité civile de l’agent immobilier 

reflexion agent immobilier

En pratique, cela signifie que l’agent immobilier doit assumer la responsabilité vis-à-vis des clients ou des tiers qui pourraient subir des dommages ou préjudices due à ses actions ou ses manquements professionnels. Cet aspect de la responsabilité englobe plusieurs dimensions.

Premièrement, il est attendu de l’agent immobilier qu’il exerce son métier avec une prudence, compétence et éthique irréprochables, afin de protéger les intérêts des clients et des tiers. Les erreurs, négligences, ou omissions dans le cadre de ses fonctions peuvent entraîner des conséquences financières pour les parties affectées, comme dans le cas où un défaut significatif d’une propriété n’est pas divulgué à un acheteur, pouvant mener à une réclamation en responsabilité civile.

Par ailleurs, une guidance erronée ou insuffisante peut causer des pertes financières et engendrer une responsabilité pour l’agent. De même, la publicité mensongère ou trompeuse concernant une propriété ou les services de l’agent peut aboutir à des litiges en responsabilité civile.

À NE PAS RATER !
Découvrez le réseau de mandataires qui vous reverse 100% de votre commission
Adresse e-mail non valide

Enfin, nombreux sont les agents immobiliers qui optent pour une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette couverture vise à se prémunir contre les réclamations en responsabilité civile, couvrant les frais juridiques et les dommages-intérêts éventuels.

Les agents immobiliers doivent également se munir d’une assurance de garantie financière. Cette protection couvre les pertes potentielles dues à une gestion inappropriée des fonds de l’acheteur.

Différences entre la responsabilité civile contractuelle et délictuelle

échange entre deux personne sur un contrat

La responsabilité civile, pilier fondamental du droit civil, se divise en deux catégories principales : contractuelle et délictuelle, chacune ayant ses spécificités quant à l’origine et à la nature des obligations violées.

La responsabilité contractuelle prend naissance dans le cadre d’une relation contractuelle préétablie entre les parties. Elle survient lorsque l’une des parties ne respecte pas les engagements qu’elle a pris en signant un contrat, que ce soit par non-exécution ou mauvaise exécution des termes convenus. Cette forme de responsabilité est guidée par les clauses du contrat en question, visant à réparer le dommage en remettant la partie lésée dans la situation où elle aurait été si le contrat avait été honoré comme prévu.

D’un autre côté, la responsabilité délictuelle se manifeste en l’absence de tout contrat entre l’auteur du dommage et la victime. Elle intervient dans les situations où un individu cause un préjudice à un autre, en dehors de toute relation contractuelle préexistante, par un acte de négligence, d’imprudence ou par toute autre action ne respectant pas les obligations générales imposées par la loi, comme pour un DPE expiré. La réparation dans ce cadre a pour but de compenser le dommage subi par la victime, indépendamment de toute faute contractuelle.

Ainsi, ces deux branches de la responsabilité civile reflètent la manière dont le droit encadre les interactions sociales, en assurant que toute faute ou négligence, qu’elle survienne dans un cadre contractuel ou non, puisse faire l’objet d’une juste compensation pour la partie lésée.

La responsabilité pénale de l’agent immobilier

La responsabilité pénale concerne l’obligation pour une personne, ayant violé la loi, de répondre de ses actes devant la justice et de subir les sanctions légales correspondantes.

Pour un professionnel tel que l’agent immobilier, cela signifie qu’il peut être tenu responsable d’actes répréhensibles définis par le code pénal. Cette responsabilité se divise en infractions d’ordre général, applicables à toute personne, et en infractions spécifiques, exclusivement applicables aux agents immobiliers.

Concernant les infractions générales, elles sont régies par le droit pénal et mentionnées dans le code pénal. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • L’abus de confiance, qui se manifeste quand une personne détourne des fonds ou des biens qui lui ont été confiés pour une finalité précise. Un agent immobilier, par exemple, pourrait se rendre coupable de cet acte s’il ne reverse pas les loyers perçus au nom du propriétaire.
  • La discrimination, définie par le fait de traiter différemment des individus sur la base de critères tels que l’origine, le sexe, le handicap, ou les opinions politiques. Un agent immobilier refusant de louer un appartement à une personne en raison de son origine ou de son handicap peut être accusé de discrimination.
  • L’escroquerie, distincte de l’abus de confiance, repose sur l’utilisation de manœuvres trompeuses pour amener une personne à remettre des fonds, contrairement à l’abus de confiance où les fonds sont remis volontairement sans tromperie initiale.

Pour les infractions spécifiques liées à la profession d’agent immobilier, la loi Hoguet et ses articles subséquents en fournissent un cadre légal précis. On retrouve par exemple :

  • L’exercice irrégulier de la profession, qui concerne les individus agissant en tant qu’agent immobilier sans détenir la carte professionnelle requise, ou ceux continuant à exercer malgré une interdiction.
  • L’incapacité d’exercer, appliquée aux personnes dont la situation personnelle (comme une condamnation récente pour certains crimes ou délits) les rend inéligibles à la profession d’agent immobilier.

Ces dispositions visent à encadrer l’activité des agents immobiliers et à sanctionner les comportements illégaux, afin de protéger les intérêts des clients et de maintenir l’intégrité de la profession.

En conclusion

Les agents immobiliers doivent respecter des normes strictes, tant sur le plan légal qu’éthique, pour protéger les intérêts de leurs clients. La compréhension de leurs obligations légales et la prévention des erreurs sont essentielles pour éviter tout litige ou poursuite judiciaire. En somme, la responsabilité des agents immobiliers est un pilier fondamental pour maintenir l’intégrité de la profession et la confiance des clients.

 

Author Jonathan Voogt d'Expertimo

Avec plus d'une décennie d'expérience dans le secteur immobilier, Jonathan est devenu une référence incontournable pour ceux qui cherchent à naviguer dans le monde complexe de l'immobilier. Fort d'une riche expérience en tant qu'agent immobilier, il partage désormais sa passion et son expertise.

More posts by Jonathan Voogt d'Expertimo